Lalimentation de la vache laitire

 ::   :: 

      

default Lalimentation de la vache laitire

    19, 2008 2:12 pm

Comment augmenter les taux butyreux et protique du lait
Introduction

Les leveurs laitiers et les industriels se trouvent souvent confronts des dfaillances au niveau de la qualit physico-chimique du lait cru. Parmi ces dfaillances, on peut citer une diminution du taux butyreux du lait. Plusieurs facteurs interviennent dans la dtermination de la composition chimique du lait. Ces facteurs sont soit lis l'animal (facteurs gntiques, stade physiologique, tat sanitaire,), soit au milieu (alimentation, saison, traite). Ainsi, la modification de la composition du lait nous interpelle considrer les facteurs dans leur globalit. Le prsent bulletin met passe en revue les diffrents facteurs alimentaires qui jouent un rle majeur dans la variation de la qualit physico-chimique du lait. Leurs effets se manifestent aussi bien travers le type d'aliment distribu l'animal que son mode de prsentation et de distribution.
Effet du ratio fourrages/concentrs
Le ratio fourrages/concentrs, qui dtermine la teneur en fibres et en glucides cytoplasmiques de la ration, est un important facteur de variation de la teneur en matire grasse du lait. Le taux butyreux (TB) du lait diminue quand la part des aliments concentrs dans la ration augmente. Mais ce n'est qu'avec des proportions trs leves d'aliments concentrs (plus de 40% de la matire sche de la ration) que le taux butyreux chute de faon nette. Cette chute peut varier de 3 10 g/Kg de lait selon le type d'aliments complmentaires et/ou la nature du fourrage utilis. Simultanment, le taux protique (TP) est gnralement amlior mais avec une amplitude de variation plus faible (3 4 fois moins), en raison le plus souvent de l'augmentation du niveau nergtique de la ration.
Il est alors important d'incorporer du fourrage dans la ration raison d'au moins 40% de la matire sche (MS) totale (photo 1, voir fichier PDF) et d'assurer l'quilibre de la ration des vaches laitires en fibres en prvoyant 35 40% de glucides non fibreux (amidon, sucres simples) et 28% de NDF (fibres).
Effet de l'apport nergtique
L'augmentation de l'apport nergtique se traduit par une augmentation du taux protique, sauf lorsque l'augmentation de ces apports est ralise par adjonction de matires grasses qui, quelle que soit leur origine, ont un effet dpressif. Au contraire, le taux butyreux tend baisser dans le cas de niveaux nergtiques trs levs en raison de l'arrt de la mobilisation des rserves corporelles qui entranent souvent une augmentation du taux butyreux.
Une sous-alimentation qui correspond un bilan nergtique fortement ngatif, entrane une diminution de la production laitire et du taux protique et une augmentation du taux butyreux.
Effet de l'apport azot
Les apports azots n'ont que peu d'effet sur la composition du lait. L'augmentation de ces apports dans la ration quotidienne entrane une augmentation conjointe des quantits du lait produit et des protines secrtes, de sorte que le taux protique reste peu modifi. Mais une ration riche en protines brutes (17% ou plus) peut entraner des laits contenant des quantits importantes d'ure. Ce taux d'ure du lait est trs corrl celui du sang de la vache et peut tre utilis comme indicateur d'une sur-alimentation azote.
Par ailleurs, l'amlioration du profil en acides amins limitants, en particulier en mthionine et en lysine digestible dans l'intestin, permet d'augmenter la teneur du lait en protines et en casines sans avoir d'effet significatif sur le volume de lait produit ou sur le taux butyreux.
Effet de l'apport en matires grasses
Le taux butyreux du lait semble diminuer quand la ration est pauvre (<3%) ou riche (>6%) en matire grasse. Ces rponses dpendent du type de rgime utilis et de la nature des sources de lipides. Les rponses les plus fortes s'observent avec les aliments les plus pauvres en acides gras au dpart: betterave, pulpe sche de betterave, etc. Lorsque diffrents types de matire grasse sont compars, le taux butyreux est plus lev avec les matires grasses pauvres en acides gras polyinsaturs qu'avec celles qui en sont riches.
La supplmentation des rations en lipides entrane toujours une diminution du taux protique, mme lorsqu'ils sont protgs. Celle-ci est cependant moins marque en dbut qu'en milieu de lactation.
Effet du mode de prsentation physique des aliments
De faon gnrale, la rduction des aliments en particules de plus en plus fines se traduit par une diminution du taux butyreux comme dans le cas des rgimes riches en aliments concentrs.
Des tudes ont montr une corrlation positive entre l'indice de fibrosit d'une ration (temps de mastication et de rumination) et le taux butyreux.
La fibrosit de la ration est principalement influence par la finesse de hachage des fourrages. Ainsi, quand les ensilages sont finement hachs, le taux butyreux diminue alors que le taux protique reste pratiquement inchang. En effet, si la ration manque de structure, la vache la mchera peu et le temps de rumination diminuera, rduisant ainsi la production de salive, substance riche en tampons. Ainsi, avec l'herbe jeune, il conviendrait de complter la ration avec un peu de foin grossier (ou un peu de paille) pour amliorer sa structure (photo 2, voir fichier PDF).
Le broyage fin des aliments concentrs est galement susceptible de diminuer la fibrosit de la ration. Ainsi, les crales prsentes sous forme aplatie ou lgrement concasse entranent une moindre chute du taux butyreux, essentiellement au del de 50 60 % de concentrs dans la ration.
Effet de la nature des concentrs
Le type de concentrs utilis reflte la nature des glucides de la ration. La quantit ainsi que le type de glucides ingrs par l'animal influencent les teneurs en matires grasse et protique du lait. Dans ce sens, plusieurs tudes ont cherch comparer l'effet des parois (pulpe sche de betteraves, drches de brasserie,) et des sources d'amidon (bl, orge, mas). A forts taux de concentrs (+ de 50%), ce sont les crales qui entranent des chutes plus importantes de taux butyreux. Suite la consommation de quantits leves d'amidon, la fermentation au niveau du rumen donne lieu des quantits importantes de propionate, ce qui se rpercute positivement sur le taux protique et non sur le taux butyreux. Toutefois, cette influence dpend du type d'amidon (et de la forme de distribution de ces aliments). L'orge et l'avoine, dont l'amidon est rapidement dgrad par la microflore ruminale influencent plus le taux butyreux que le mas dont la dgradabilit de l'amidon est plus lente.
Quant aux aliments riches en sucres simples (betteraves, mlasse), ils augmentent la production ruminale de butyrate, ce qui est favorable des taux butyreux levs.
avatar



: 35
: algerie
: ETUDIENT
: 04/09/2007

    

default : Lalimentation de la vache laitire

    19, 2008 2:13 pm

Effet de certains fourrages

Les fourrages contribuent dans l'augmentation du taux butyreux du lait par le biais des micro-organismes qui fermentent la cellulose et l'hmicellulose en actate et butyrate, prcurseurs de la fabrication de la matire grasse du lait.

L'ensilage de mas donne un lait riche en matires grasses en comparaison avec d'autres ensilages (tel que l'ensilage d'herbe), car il est relativement bien pourvu en matires grasses (environ 4% MS) et favorable aux fermentations butyriques. L'apport d'ensilage de mas est aussi souvent associ des taux protiques levs, en raison de sa valeur nergtique leve.

Les comparaisons faites entre ensilages et foins montrent que le foin est plus efficace dans l'laboration d'un taux butyreux lev par rapport au mme fourrage ensil, mme s'ils prsentent la mme quantit de fibres.

Autres facteurs

Parmi les autres pratiques intressantes qui permettent de maintenir un taux butyreux stable, on peut citer:

- un fractionnement de la ration alimentaire en plusieurs repas (prfrablement 4 fois par jour);

- l'inclusion de tampons dans la ration (bicarbonate de sodium et oxyde de magnsium raison de 1-1.5 et 0.4-0.8% du concentr, respectivement);

- viter de laisser les vaches sans aliments pendant une longue priode puis leur distribuer une grande quantit dun seul coup;

- bien mlanger la ration avant sa distribution aux animaux pour viter que certaines vaches n'accdent qu'aux particules fines qui causent une chute du taux butyreux;

- distribuer le grossier en premier, avant le concentr.

Conclusions

Au terme de ce bulletin, on peut dire que tous les facteurs alimentaires qui peuvent engendrer une acidose (excs d'amidon, dficit de fibres, dfaut de transition alimentaire) peuvent gnrer une baisse du taux butyreux. Le meilleur moyen pour maintenir un taux butyreux adquat est donc de distribuer une ration quilibre avec une proportion adquate de fourrage. Quand le concentr est riche en grains et est distribu en grande quantit, l'incorporation d'un tampon permet de maintenir un environnement ruminal stable favorable un bon taux butyreux.

Le taux protique est influenc principalement par l'apport nergtique. Les rations riches en nergie stimulent le taux protique si les besoins nergtiques de l'animal ne sont pas couverts, on assiste une diminution du taux protique.



Quelques aliments concentrs pour les bovins



Sources nergtiques

Orge grain

La production d'orge au Maroc dpasse celle des autres crales principales (bl tendre, bl dur et mas). Cette production peut varier du simple au triple selon l'anne climatique.

L'orge grain constitue une ressource alimentaire pendant les priodes d'puisement des chaumes et de faible production herbagre des parcours, surtout au niveau des zones bours du pays.

Plusieurs tudes ont relat l'importance de cette crale dans l'alimentation animale et sa contribution trs importante dans la couverture des besoins nergtiques des animaux. En effet, l'orge grain reste la crale la plus utilise dans l'alimentation des bovins.

A l'instar des grains de crales, l'orge est caractrise par une teneur leve en fibres due aux enveloppes entourant les grains. Tout processus susceptible de briser cette enveloppe (broyage, concassage ou aplatissage) peut sans doute amliorer la digestion des diffrents constituants de cette matire premire. Cependant, il peut y avoir diminution exagre du pH ruminal associ au broyage et au concassage des grains de crales. Avec l'orge aplatie, il est possible de l'utiliser raison de 85 % de la ration pour engraissement avec un supplment azot et minral.

Quant sa teneur en MAD, l'orge est caractrise par une teneur moyenne plus leve que celle de la pulpe sche de betterave. Celle-ci est de l'ordre de 80 g MAD/kg MS. La dgradabilit ruminale de l'azote des grains d'orge est de 74 %, valeur assez leve en comparaison celle releve pour le sorgho (40 %) et le mas (42 %).

La valeur nergtique moyenne est de 1,12 UFV et 1,13 UFL par kg de MS d'orge.

Pulpe sche de betterave

Elle est actuellement considre parmi les principaux sous produits de l'industrie sucrire. Sa production a connu une augmentation substantielle durant ces dernires annes. En fait elle est passe de 100.000 tonnes au dbut des annes 1980 environ 160.000 tonnes actuellement.

Cette ressources est utilise de plus en plus par les leveurs comme complment nergtique souvent mlange avec le son de bl pour l'alimentation des troupeaux laitiers et viande.

La pulpe sche de betterave est une ressource alimentaire facilement stockable, son utilisation intervient surtout au moment o la production d'herbe est son plus bas niveau.

Sur le plan chimique, la pulpe sche de betterave prsente une teneur en matires minrales qui varie de 4,8 7,6 % de la MS. La pulpe sche de betterave est bien pourvue en calcium (0,6 1,03 % de MS) mais trs pauvre en phosphore ( 0,06 0,1 % de MS). Les teneurs en cellulose brute, NDF et ADF sont leves par rapport celles des aliments dits "concentrs". Sa teneur en lignine est faible. Les valeurs nergtiques sont de l'ordre de 1,02 UFL et 1,01 UFV par kg de MS.

La supplmentation avec la pulpe sche de betterave rduit les dures journalires des ruminations et de mastication malgr sa teneur en constituants paritaux. Cette tendance peut s'expliquer par la digestibilit leve des constituants paritaux apports par la pulpe sche de betterave, favorise par une faible teneur en lignine. Cette digestibilit leur confre galement une valeur nergtique leve. De ce fait, elles augmentent la synthse journalire des protines microbiennes et donc l'apport d'acides amins dans l'intestin grle.

Mlasse

La mlasse est un aliment bon march, qui grce son apptabilit, ses sucres et ses sels, favorise la consommation de fourrage de mauvaise de qualit.

La production nationale en mlasse est passe de 100.000 tonnes en 1980 environ 180.000 tonnes actuellement, et le Maroc continue exporter des quantits importante de mlasse.

La mlasse est un aliment nergtique, dont la valeur nutritive est due la digestibilit leve de ses sucres, qui est de l'ordre de 93%. La valeur nergtique de la mlasse est d'environ 0,94 UFL et 0,96 UFV/kg de MS.

Toutefois, la dficience de la mlasse en azote limite son niveau d'incorporation dans la ration. Les performances de croissance des bovins augmentent jusqu' un niveau de 20% de mlasse, mais l'optimum conomique peut atteindre 40% sous condition d'une complmentation protique.

Sur le plan chimique, la mlasse est pauvre en phosphore, calcium et sodium, mais riche en potassium. Ce dsquilibre est moins prononc pour la mlasse de la canne sucre que pour celle de la betterave.

Les prcautions d'emploi de la mlasse dcoulent en particulier de sa richesse en sucres (environ 65% de la MS) qui impose de prudentes transitions alimentaires et un taux dincorporation maximum qui ne doit pas dpasser environ 15% de la MS chez la vache laitire (mais peut atteindre 30-35% de la MS chez le taurillon).

Pulpe de caroube

La pulpe de caroube correspond au msocarpe du fruit du caroubier, obtenu aprs grenage des gousses sches.

La production du caroube est passe de 19.000 tonnes en 1980 environ 30.000 tonnes actuellement.

Au Maroc, la pulpe de caroube n'a d'emploi que dans l'alimentation animale, mais ceci reste trs limit et une grande part de la production est exporte l'tranger, pouvant parfois dpasser les 80 % de la production nationale.

Concernant la composition chimique de la pulpe de caroube, elle se caractrise par une faible teneur en cendres ( 2,2 5,1% MS) et une faible valeur protique (4,2 6% de MS). Par contre, elle est trs riche en sucres hydrosolubles (46,6 55,2% MS). Les teneurs en cellulose brute sont assez faibles et varient de 7,5 11,8% MS. La valeur nergtique varie de 0,6 0,99 UF/ kg MS. Par ailleurs, la pulpe de caroube est riche en tanins. Ces derniers ont un effet nfaste sur la digestibilit des fibres et des protines de la ration.

Le taux d'incorporation de la pulpe de caroube peut aller jusqu' 30% de la ration. L'incorporation de la pulpe de caroube en substitution l'orge raison de 20% de la ration totale engendre une amlioration significative du niveau d'ingestion de la ration et des gains de poids des agneaux. Cependant, cet effet positif ne se maintient pas des taux d'incorporation plus levs.

Sources protiques

Tourteau de tournesol

Les tourteaux sont utiliss dans la fabrication d'aliments composs, ou distribus directement aux ruminants mlangs d'autres aliments. Les tourteaux se caractrisent par une valeur protique gnralement leve.

La production totale en tourteaux a connu une augmentation importante de 10.000 tonnes au dbut des annes 1980 environ 100.000 tonnes actuellement. La totalit de la production est utilise au niveau national.

Le tourteau de tournesol a une teneur en MAT allant de 36% 45%. Ces MAT sont essentiellement des protines facilement dgradables au niveau du rumen (77%). Le tourteau de tournesol compte parmi les concentrs riches en MAT, cependant sa composition en acides amins a rvl une carence en lysine. Le dcorticage amliore sa teneur en MAT qui passe de 34 50%.

Du point de vue nature des glucides, le tourteau de tournesol est riche en parois, essentiellement la cellulose. Sa teneur assez leve en lignine contribue en partie la faible digestibilit de ses parois. Malgr ceci, on a rapport une amlioration de la digestibilit apparente de cellulose brute et de NDF d'une ration base de paille complmente par le tourteau de tournesol. Par ailleurs, la teneur en cellulose brute diminue avec le dcorticage de 25% 15%. Ce dcorticage amliore aussi la valeur nutritive de ce tourteau.

La valeur azote moyennes varie de 310 360 g de MAD par kg de MS, en plus le tourteau de tournesol est assez riche en nergie; les valeurs moyennes par kg de MS rapportes dans les conditions marocaines sont de l'ordre de 0,81 UFL et 0,72 UFV. En revanche, il est noter que ces valeurs nergtiques et azotes varient selon le mode d'extraction des graines de tournesol.

Le tourteau de tournesol est assez riche en phosphore et calcium en comparaison avec les autres sources protiques d'origine vgtale.

Son de bl

Class parmi les aliments moyennement riches en azote, le son de bl a une teneur en MAT allant de 13,4 17,5%. Cette fraction semble tre digestible. Etant donn son origine, cet aliment se trouve bien dot en amidon, gnrant ainsi des fermentations ruminales similaires celles des concentrs base de crales. Le son de bl est gnralement mlang avec la pulpe sche de betterave pour l'alimentation des troupeaux laitiers. Il est galement utilis par les units d'aliments de btail qui l'incorporent dans les aliments composs.

Les teneurs en matires minrales sont de l'ordre de 5,5%. Toutefois, le son de bl est bien pourvu en constituants paritaux, mais dans une moindre mesure par rapport la pulpe sche de betterave et au tourteau de tournesol.

Concernant les valeurs nergtiques, le son de bl est assez riche en nergie. A l'chelle nationale, on relve des valeurs moyennes de 0,93 UFL et 0,87 UFV par kg de MS.



Prof. Abdelilah ARABA
Dpartement des Productions Animales
Institut Agronomique et Vtrinaire Hassan II, Rabat
avatar



: 35
: algerie
: ETUDIENT
: 04/09/2007

    

default : Lalimentation de la vache laitire

    19, 2008 2:15 pm

pour tlcharger ce document voici le lien suivant

http://www.vulgarisation.net/142.pdf
avatar



: 35
: algerie
: ETUDIENT
: 04/09/2007

    

      


 ::   :: 

 
: